Qu'en est-il du Dieselgate?

En septembre 2015, une fraude à grande échelle éclatait au grand jour concernant les taux d'émission de quelque 11 millions de voitures Volkswagen équipées de moteurs diesel. La nouvelle a véritablement ébranlé les consommateurs. Depuis, si le géant automobile allemand a pris un certain nombre de mesures, le groupe Volkswagen demeure néanmoins passible de sanctions dans les pays où ses voitures ont été modifiées. Par ailleurs, la responsabilité personnelle des dirigeants reste engagée.

Un an plus tard, cette affaire fait encore parler d'elle. Pire, Volkswagen n'est pas la seule marque automobile à avoir menti sur les taux d'émission. Le Financial Times annonçait voici quelques semaines que le problème se posait également sur des véhicules de la marque Renault. Pour cela, le quotidien britannique se basait sur l'interview de trois membres indépendants du comité technique officiel qui contrôle les émissions polluantes des véhicules à moteur diesel. Depuis, d'autres marques sont également dans le collimateur des autorités.

Ce sont les émissions de NOx qui sont incriminées (oxydes d'azote NO et NO2). Bien que le NO ne soit pas nocif en concentration normale dans l'atmosphère, le NO2 est quant à lui responsable d'un certain nombre de problèmes environnementaux et de santé. Selon un rapport européen récent, 80% des émissions nuisibles de NOx sont issues de la circulation et du transport effectués avec des moteurs diesel. Et en ce qui concerne ces taux d'émissions d'oxydes d'azote nuisibles, la commission de contrôle a constaté des irrégularités sur les modèles Captur de Renault. Il est apparu durant les tests que l'appareil de mesure du NOx était étalonné de manière telle que la voiture dégageait moins de NOx qu'elle n'en produisait en réalité.

De ces résultats alarmants pour la Commisssion, il est finalement ressorti que 8 véhicules Renault sur 13 en circulation dépassent de 7 fois les valeurs autorisées d'émission de NOx qualifiant Renault de marque automobile parmi les plus polluantes.

Comme le souligne le Financial Times, ces résultats ne sont cependant pas pris en considération dans le rapport officiel des tests. Au contraire, les modèles Captur de Renault sont présentés comme l'un des moins polluants. Le scandale Volkswagen a éclaté après la découverte d'une différence trop importante entre les taux d'émissions des véhicules en usage normal et lors des phases de test. Selon le Financial Times, le gouvernement français aurait maquillé le rapport en regard des 20% d'actions Renault qu'il possède...

Que le journal britannique ait raison, cela reste à prouver. Toujours est-il que chez Renault, on confirme des problèmes avec le dispositif de mesure du NOx . Selon le constructeur français, une erreur d'étalonnage serait à la base des calculs erronés d'émissions et que le problème sera résolu d'ici la fin de l'année 2016...

Qu'il s'agisse de Renaud, de Volkswagen ou d'autres marques, les constructeurs automobiles seront vraisemblablement plus respectueux à l'avenir.

Date de publication : 27/10/2016 17:30:00

Articles plus anciens