La voiture électrique signe-t-elle la fin de l'ère du pétrole?

Personne ne peut le nier, la vente de véhicules électriques est en hausse. Et si tout comme nous, les analystes de Bloomberg et, plus proches de chez nous, de l‘Université Libre de Bruxelles, sont tentés d‘y croire, il y a fort à parier sur un effondrement du marché du pétrole d‘ici à 2040 des suites d‘un succès croissant de la voiture électrique.

Bientôt tous à l‘électrique ?

Selon les analystes, ce n‘est pas tant l‘aspect écologique des voitures électriques qui va causer l‘effondrement du marché des produits pétroliers, mais bien une diminution de la compétitivité des voitures traditionnelles par rapport aux véhicules électriques qui vont deviendront plus sÃ"rs, plus efficaces et moins chers au fil du temps.

Actuellement, si dans des pays comme la Norvège et les Pays-Bas, une voiture électrique est acquise avant tout pour des raisons environnementales, cet aspect présentera à l‘avenir une moindre importance par rapport à l‘aspect financier qui prendra le pas à partir de 2020 et cela pour la décennie suivante. On estime en effet que le coÃ"t de production des batteries à longue autonomie va baisser et donc le prix d‘achat d‘un véhicule électrique diminuera considérablement. Au regard des coÃ"ts de production élevés actuels, une réduction de ceux-ci entrainerait une augmentation de la demande.

Des bornes de recharge en suffisance

Cependant, d‘autres facteurs entrent en ligne de compte. À savoir l‘infrastructure des stations de recharge. Bien que sous l‘impulsion des constructeurs de voitures électriques leur nombre soit en nette augmentation, l‘infrastructure actuelle est nettement insuffisante pour alimenter simultanément un parc important de véhicules. Ce point exige d‘être résolu. Ceci dit, en l‘absence de suffisamment de stations de recharge, l‘autonomie des batteries pourrait être augmentée. À ce jour, seule la marque Tesla propose une autonomie acceptable, mais à quel prix!

Quoique les analystes qui envisagent aujourd‘hui une percée des voitures électriques d‘ici 25 ans s‘appuient sur des spéculations qui tiennent compte des mauvaises perspectives actuelles du secteur pétrolier, ce sera le consommateur qui déterminera in fine s‘il est prêt à adopter la voiture électrique.

Technologies alternatives

D‘autres projets issus des mutations sociales et des tendances industrielles voient le jour, comme le développement de véhicules à hydrogène, véritable alternative aux véhicules électriques selon de nombreux experts. La voiture à hydrogène présente le grand avantage de nécessiter moins d‘électricité et d‘avoir un coÃ"t de production nettement inférieur à celui de la voiture électrique. En Belgique également, la voiture à hydrogène suscite de plus en plus d‘intérêt comme alternative à l‘électricité ou aux moteurs à essence ou diesel traditionnels. Un intérêt croissant se développe également pour les carburants alternatifs.

Mentionnons enfin les véhicules hybrides qui, pour utiliser moins de carburant, combinent un moteur électrique avec un moteur à combustion traditionnel. Leur faible consommation et émission de CO2 offre un avantage indéniable. À vitesse réduite (en ville ou dans le trafic), ces voitures fonctionnent à l‘électricité, sans consommation de carburant ni émission de gaz nocifs. Tout en récupérant de l‘énergie durant le freinage. Le prix de ces véhicules reste toutefois encore assez élevé.

Il ne fait aucun doute que nous allons connaître au cours des prochaines années un changement fondamental de notre parc automobile. La voiture de demain sera électrique, à hydrogène ou hybride. C‘est le consommateur qui nous le dira.

Date de publication : 28/06/2016 16:07:00

Articles plus anciens